Animal services, portail animalier au service des vétérinaires et du grand-public.

Canadienne

 

Description



(Université d'Oklahoma)

La Canadienne est une vache de petit gabarit, puisque son poids maximum atteint la plupart du temps 500 à 550 kg (soit 1.000 à 1.100 livres). Elle est toutefois plus costaud que la Jersey, à qui on la compare souvent. Sa tête est allongée, et ses membres fins sont musclés. Sa robe, claire à la naissance, devient marron foncé et noire sur tout le corps à l'exception du ventre et de la poitrine qui peuvent rester blancs. Ses muqueuses sont noires et ses cornes sont courtes. Certains observateurs lui prêtent un air très « distingué »... Témoignage de ses bonnes qualités laitière, sa mamelle est de bonne taille. Quatrième vache du Québec, très loin derrière la Holstein et la Ayrshire, elle est néanmoins très prisée pour sa grande docilité, son adaptation aux prairies et au climat québécois, ainsi que pour sa rusticité qui en fait une vache qui ne nécessite pas que l'on s'occupe beaucoup d'elle. Sa longévité et la bonne qualité de sa viande sont des qualités complémentaires qui lui valent également la fidélité de nombreux élevages du Québec.

 
Géographie

La Canadienne est sans aucun doute la vache la plus québécoise de toutes : les Américains l'appellent d'ailleurs la French Canadian (Canadienne Française). Si cette situation est sans doute due pour partie à une initiative du gouvernement québécois pour la sauvegarder, il n'en demeure pas moins que la Canadienne a conquis les faveurs de nombreux éleveurs québécois, qui reconnaissent depuis longtemps ses qualités de grande docilité et de bonne laitière. La grande majorité du troupeau canadien... de la Canadienne se trouve au Québec.

 
Histoire

C'est une longue histoire, qui débute en 1541, alors que Jacques Cartier commence à importer les premières vaches qui fouleront le sol nord-américain. La race provient de France, de Normandie plus précisément, et d'Angleterre. Ses origines remontent donc à la Normande et à la Jersey. Les critères de sélection étaient déjà, au XVIème siècle, très simples : les vaches devaient être rustiques et bonnes laitières, il fallait qu'elles résistent au froid et aux conditions rudes d'élevage, tout en produisant de grandes quantités de lait. Depuis, plusieurs siècles d'élevage ont façonné une race de vache « locale », grâce à la sélection naturelle, à la lente adaptation de la Canadienne au climat et au sol de l'Est du Canada. Mais la race fut délaissée à partir de la fin du XIXème siècle, jusqu'en 1895, année où un petit groupe d'éleveurs se rassemblèrent pour former la Société des Éleveurs de Bovins Canadiens. Récemment, le gouvernement québécois, après quelques erreurs ayant encouragé un affaiblissement de la race, a initié plusieurs programmes d'aide aux éleveurs de vaches Canadiennes.


[ Retour au menu ]

 
     

Wamiz

Reproduction et diffusion strictement interdite - Copyright © 1999 à 2017 - Animal-services ® - Tous droits réservés.